Site Emploi : le site communautaire de l'emploi Recherche Emploi    Actualites Emploi    Blog Emploi

tele

tele Dommages demandés à Pôle Emploi pour faute d’accompagnement et refus de formation

Liens sponsorises

08/07/2013

Dommages demandés à Pôle Emploi pour faute d’accompagnement et refus de formation

Une première en France, cinq chômeurs réclament 50 000 à 300 000 euros d’indemnisation à Pôle Emploi. Ces chômeurs de longue durée pour la plupart déplorent un non-accompagnement et un refus de financement de formation de l’opérateur public. Les plaignants se disent prêts à porter l’affaire devant le tribunal administratif s’ils n’obtiennent pas une réponse favorable de Pôle Emploi.

Selon Maître Florent Hennequin et Maître Émilie Videcoq, deux défenseurs des demandeurs d’emploi, plusieurs centaines de milliers de personnes seraient dans la même situation. Leur démarche auprès de Pôle emploi a très peu de chances d’aboutir, mais elle a le mérite de pointer du doigt les dysfonctionnements au sein de Pôle Emploi. Il s’agit de faire admettre à l’opérateur son non-respect de son obligation d’accompagner les chômeurs.

Le seul demandeur d’emploi à s’être présenté devant Pôle Emploi est un ingénieur. Ancien salarié de France Telecom et Axa, cet homme de 48 ans au chômage depuis 2001 a dû attendre 12 ans pour se voir attribuer un contrat aidé. Pendant tout ce temps, ses démarches se sont heurtées à l’inertie de Pôle emploi.

En tant que service public de l’emploi, Pôle Emploi n’a pas respecté la liberté fondamentale du droit au travail. L’opérateur n’a offert aucune possibilité de réinsertion sur le marché de travail à ces chômeurs.

Partagez sur Facebook

Articles similaires :

   

18/06/2013

Offres d’emploi PME : cela suffira-t-il pour réduire le chômage en France ?

Classé dans : Crise — Tags :, , , — site-emploi @

Dans un contexte de récession économique, peut-on encore dire que les PME sont les principales pourvoyeuses d’emploi en France ? Une enquête réalisée par KPMG indique que sur 2,8 millions d’emplois créés dans l’Hexagone ces deux dernières décennies, 80 % sont à mettre à l’actif des petites et moyennes entreprises. Or, la Coface révèle que la situation des PME s’est sérieusement détériorée au mois d’avril dernier.

Cet organisme parle des petites structures, notamment celles opérant dans le secteur de l’industrie qui sont les plus vulnérables aux effets de la crise. La Coface compte en douze mois 59 630 fermetures d’entreprises dont majoritairement des PME. Ces défaillances ont coûté leur poste à plus de 200 000 personnes. Les petits investisseurs déjà fragilisés par la crise de 2009 ont fini par céder.

La situation est compliquée, mais les entrepreneurs restent optimistes. 75 % des dirigeants de petites et moyennes entreprises s’attendent même à une progression de leurs recettes et envisagent d’embaucher de nouveaux collaborateurs. Les opérateurs travaillant dans les télécommunications, ceux intervenant dans le domaine de l’informatique sont les plus actifs en cette période. Les restaurateurs et les prestataires de services sociaux sont également très en vue sur le marché du travail. Ces structures privilégient surtout les emplois qualifiés.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

31/05/2013

Espionnage des salariés par les patrons dans Capital ce 2 juin sur M6

Certains patrons ont recours à des moyens d’espionnage divers pour contrôler le travail de leurs employés. Voulant toujours s’assurer que les salariés effectuent leurs tâches correctement, certaines sociétés ont recours à des pratiques inhabituelles, voire illégales pour arriver à leurs fins. Ainsi, les salariés se retrouvent espionnés en permanence à leur insu. Pour certains employés, cette obstination des chefs d’entreprises devient inquiétante.

Messagerie électronique, téléphones portables, l’ensemble des outils utilisés par les employés sont les cibles des chefs d’entreprises. Ils ont même recours à la géolocalisation pour connaître les mouvements des salariés jusque dans les moindres détails. Cette immixtion des chefs d’entreprises dans la vie privée des salariés a-t-elle tendance à se généraliser ? L’émission Capital dévoile les témoignages de quelques employés victimes de ce type d’espionnage.

La deuxième partie de l’émission porte sur les séminaires, devenus un réel moyen de motiver et de cimenter les équipes. Ce concept qui a vu le jour dans les années 50 s’est sensiblement amélioré. Thomas Sotto nous présente un round up de ces sociétés de formations spécialisées dans les séminaires. L’émission Capital est à voir ce dimanche 2 juin 2013 à partir de 20 h 50 sur M6 ou en streaming et replay sur internet.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

29/05/2013

Semaine pour l’emploi TF1 et Métro du 3 au 9 juin 2013

Classé dans : Offres d'emploi — Tags :, — site-emploi @

L’opération Une Semaine pour l’Emploi a été inaugurée en 2009. Depuis, l’on a assisté à la concrétisation de plus de 15000 contrats. Le groupe TF1, conscient de la hausse incroyable du taux de chômage et des répercussions positives de cette opération, participe activement à la 7e édition d’Une Semaine pour l’Emploi. La semaine du 3 au 9 juin sera donc consacrée à l’emploi.

Au programme de TF1 cette semaine : conseils pratiques concernant les recherches d’emploi, développement sur les secteurs clés pouvant embaucher. Voilà des thèmes abordés chaque jour de cette semaine, pendant le journal télévisé de 13 heures présenté par Jean-Pierre Pernaut.

Lors des journaux télévisés du soir et de la fin de semaine, présentés par Claire Chazal et Gilles Bouleau, l’on aura droit à un focus sur des témoignages de personnes ayant été embauchées en entreprise grâce aux éditions précédentes d’Une Semaine pour l’Emploi.

Chez LCI, les émissions seront sur le thème de l’emploi. Dès 7 h 15 le matin, la chaîne proposera une émission sur les coulisses de l’emploi. De nombreux invités seront à l’honneur durant cette semaine de l’emploi chez LCI. Nous y verrons de grands acteurs de l’emploi en France, comme le DG de Pôle emploi, Jean Bassères.

Sur son site internet, le quotidien Metro présentera à ses lecteurs deux grands dossiers qui se focalisent sur l’emploi, pour les parutions du 3 et du 6 juin.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

17/04/2013

Patrons les mieux payés : classement

Les grandes entreprises françaises ne rechignent pas à rémunérer grassement leurs dirigeants, malgré la « crise ». Au classement des patrons les mieux payés, Jean-Bernard Lévy, ancien PDG du groupe Vivendi, occupe la première position en 2012. Sa rémunération totale s’élève à 4,95 millions d’euros l’année dernière, dont 3,89 millions d’indemnités de départ versées en juin.

En deuxième position, on retrouve le PDG de L’Oréal, Jean-Paul Agon qui a touché la bagatelle de 3,97 millions d’euros. Il est talonné par un nouveau venu dans le top 5, Daniel Julien, patron de Téléperformance. Son salaire total ressort à 3,9 millions d’euros, en progression de 39 % par rapport à ses revenus en 2011.

Christopher Viehbacher et Bernard Arnault, patrons respectifs de Sanofi et de LVMH, complètent le top 5 de ce classement. Leurs rémunérations s’élèvent respectivement à 3,52 millions d’euros et 3,909 millions d’euros. Henri de Castries, PDG d’Axa, Christophe de Margerie, dirigeant de Total, Franck Riboud, le boss de Danone, Bruno Lafont du groupe Lafarge et Jean-Laurent Bonnafé de BNP Paribas terminent dans le top 10.

Aucun salaire des dirigeants sus-cités ne descend au dessous de 2,8 millions d’euros, un montant qui commence à faire jaser salariés et petits actionnaires des entreprises concernées.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

08/04/2013

Salaire Nabilla Non mais allo quoi des anges de la télé-réalité

Plus connue pour sa réplique « Non mais allô quoi », Nabilla des Anges de la Télé-réalité n’en reste pas moins un personnage de la PAF assez bien rémunéré par NRJ12. Et pour cause, l’émission dans laquelle elle se produit rencontre un certain succès ces derniers temps, avec un pic d’audience de plus d’un million de téléspectateurs.

Ce succès se répercute logiquement sur les rémunérations des stars de l’émission. Selon les estimations, Amélie Neten, de Secret Story 4, aurait empoché environ 35 000 euros pour les 10 semaines passées dans la saison 5 des Anges. Elle domine de fait le haut du classement des personnages les mieux payés de la série.

Pas loin derrière elle se situe, presque sans surprise, Nabilla Benattia. La pulpeuse brune aurait été payée 25 000 euros pour ses apparitions dans l’émission de télé-réalité. A ce cachet s’ajoutent quelques avantages offerts par la production à celle qui a fait le buzz avec sa réplique « Non, mais allô quoi ». Durant le tournage, elle a été logée dans des hôtels de luxe de Miami, pendant que ses concurrents logeaient à la villa. Elle aurait en outre signé plusieurs contrats d’image ou de partenariat assez juteux pour l’avenir.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

14/02/2013

Baisse de 10 à 25% des offres d’emplois pour jeunes cadres débutants en 2013

Pour l’année 2013, l’Apec ou Association pour l’emploi des cadres annonce une baisse allant de 10 % à 25 % concernant le recrutement des jeunes cadres débutants. Par rapport à 2012, cette diminution des offres d’emplois pour les cadres débutants est évaluée à 5 %. Sur 11 000 entreprises interrogées par l’Apec, 162 000 à 178 000 embauches sont prévues sur l’ensemble de l’année.

Avec une telle réduction du nombre des recrutements, les jeunes cadres débutants seront les plus affectés, car les embauches concerneront les cadres confirmés pour 2013. Les économistes annoncent cependant que le recrutement de cadres devrait reprendre progressivement à compter de 2014, sur fond d’une reprise économique mesurée.

Les entreprises de services prévoient d’engager près de 125 000 personnes soit 70 % des offres dans les secteurs de l’assurance, la télécommunication et de l’informatique. Les domaines de la construction et de l’industrie, les plus touchés par la chute des embauches, devraient inscrire une chute respective de 24 % et de 3 % à 18 %.

Sur le plan géographique, l’Île-de-France et les Midi-Pyrénées seront privilégiés grâce à l’aéronautique et le Limousin dynamisé par l’industrie électronique. Par contre, la Basse-Normandie, la Champagne-Ardenne et la Picardie seront touchées de plein fouet par la diminution des offres d’emploi.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

28/01/2013

Pole emploi mission impossible sur France 2 ce 1er février

La chaîne de télévision France 2 a réalisé un reportage dans les couloirs et derrière les guichets de Pôle Emploi. Les journalistes qui ont réalisé ce documentaire intitulé Pole emploi : « mission impossible » étalent au grand jour le malaise qui règne dans les bureaux de cet organisme. Cette émission programmée le 1er févier prochain à 22 heures 50 va confirmer les informations qui ont défrayé la chronique ces derniers jours.

Tourné en caméra cachée, ce reportage fait comprendre aux téléspectateurs la difficulté des tâches qui attendent chaque jour les cadres de cette structure née de l’alliance de l’Assedic et de l’ANPE. Certains journalistes de France 2 se sont infiltrés dans les services de Pôle emploi en se faisant embaucher en CDD. Les mots crus utilisés par les cadres de Pôle emploi dans l’accomplissement de leur travail en disent long sur la tension qui existe sur le marché du travail en France.

Ce documentaire permet de mesurer l’ampleur du problème auquel cet organisme qui est sensé prendre en charge 1,3 million de sans emploi est confronté. Dorothée Cochard, la réalisatrice, démontrera que Pôle emploi ne dispose même pas des moyens lui permettant d’atteindre ses objectifs. Ce n’est pas étonnant si ceux qui font appel à cette structure se plaignent de la qualité de ses services.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

04/01/2013

Les métiers les plus recherchés en 2013 pour lesquels il y a des offres d’emploi

Ils sont télévendeurs, technico-commerciaux, directeurs commerciaux, commerciaux terrains ainsi que commerciaux B to B. Leur principal rôle est de trouver de nouveaux clients et de fidéliser les anciens. Ils sont les plus recherchés sur le marché du travail actuellement. Mais toujours est-il que pour les demandeurs d’emploi, être polyvalent augmente sa chance d’être recruté.

Après les commerciaux viennent les ingénieurs aujourd’hui très demandés notamment dans les secteurs, pharmaceutique, aéronautique et agroalimentaire. En général, les entreprises privilégient surtout les candidats maitrisant les langues étrangères et suffisamment expérimentés.

Et à l’ère de la technologie de l’information et de la communication, les informaticiens gagnent de plus en plus de terrain sur le marché du travail. Et si les développeurs et les ingénieurs sont les plus convoités par les entreprises et les SSII, il n’en reste pas moins que d’autres spécialités telles que l’e-commerce et l’e-marketing commencent également à se distinguer.

Et dans un contexte de crise économique, engager un expert comptable ainsi qu’un conseiller financier s’avère plus qu’indispensable pour les grandes sociétés. Ce qui justifie la classification de ces métiers parmi les plus recherchés en 2013.

Enfin, l’industrie de la restauration qui est également en pleine expansion a annoncé la création d’environ 60 000 emplois sur l’ensemble de l’année. Savoir parler plusieurs langues sera un atout pour les postulants.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

19/12/2012

Free Mobile détruit ou crée des emplois dans les télécoms en France ?

L’opérateur mobile Free a fait appel à des économistes afin de réaliser une étude portant sur l’emploi dans les télécommunications et l’effet du secteur sur l’économie française. Les résultats diffusés annoncent la création 267 postes dans le secteur des télécoms à compter de 2012 ainsi que 16 000 à 30 000 postes dans divers secteurs de l’économie.

L’arrivée de Free Mobile dans le secteur a pourtant créé un paradoxe. Le secteur assiste en effet à une succession de suppressions d’emplois. En avril dernier la destruction de 10 000 postes auprès des opérateurs de télécom avait été annoncée presque simultanément avec l’arrivée du quatrième opérateur mobile ; la réalité est en ligne avec ces prévisions.

Depuis le lancement de Free Mobile, le secteur des télécoms est sujette à de nombreux maux dont la destruction d’emplois alors qu’en intégrant le marché le nouveau venu annonce la création de près de 13 000 postes d’ici 2018. Cette destruction d’emplois ne touche pas uniquement les concurrents, mais également la distribution, les centres d’appels tout comme les équipementiers.

Free Mobile se lance également dans une guerre des prix, mais la réduction des factures mobiles est toutefois sans rapport avec la création d’emplois. Ce dumping est compensé par l’acquisition de terminaux qui sont importés à 100 % échappant ainsi à la taxation, donc non profitable à l’économie française.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

Liens sponsorises

Actualités du Marché de l'Emploi

Pour recevoir notre newsletter, remplissez le formulaire ci-dessous :

Votre adresse email :

Articles plus anciens »

tele - Le blog de Site-emploi.com : le site communautaire de l’emploi !

   

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1