Site Emploi : le site communautaire de l'emploi Recherche Emploi    Actualites Emploi    Blog Emploi

tp\'

tp\' Offres d’emploi sur smartphone : déposer candidature avec CV depuis iPhone, iPad, Galaxy S3 ou S4

Liens sponsorises

12/08/2013

Offres d’emploi sur smartphone : déposer candidature avec CV depuis iPhone, iPad, Galaxy S3 ou S4

LinkedIn figure parmi les réseaux sociaux conçus pour les professionnels. Il permet à ses membres de trouver du travail, des prestataires de services, d’élargir son réseau ou développer ses affaires en ligne, et ce, en seulement quelques clics et de manière intuitive. Pour optimiser la manipulation de la plateforme, les administrateurs de LinkedIn ont récemment équipé l’application Android et iOS du réseau social d’une fonction supplémentaire : la possibilité de postuler directement à une ou plusieurs offres d’emplois, avec CV, sur son smartphone ou sa tablette.

Avec la nouvelle fonctionnalité de l’application LinkedIn, les utilisateurs peuvent directement répondre à l’offre qui les intéresse ou de la mettre de côté afin d’y répondre ultérieurement. Cette nouvelle option vient s’ajouter au service payant Talent Solutions qui permet aux recruteurs de filtrer les candidatures. Pour rappel, Talent Solutions a généré près de 56 % des revenus de LinkedIn au second trimestre.

Pour présenter rapidement sa candidature sur l’appli LinkedIn, l’utilisateur devra avant tout sélectionner l’offre qui l’intéresse. Il devra ensuite s’assurer que son profil est mis à jour. Une fois les conditions de mise à jour réunies, il n’aura plus qu’à déposer sa candidature avec son CV en cliquant sur « postuler ». Seul bémol, la nouvelle fonctionnalité de l’application mobile LinkedIn ne permet pas l’insertion de la lettre de motivation, procédure obligatoire en France.

Partagez sur Facebook

Articles similaires :

   

28/05/2013

Contrat d’apprentissage pour trouver un emploi ?

La première mouture d’« En route vers l’apprentissage » concernait uniquement le secteur du BTP. La seconde qui se déroulera entre le 7 et le 13 juin prochain s’étendra au commerce et la restauration avec la participation du CFA de la CCI de l’Aisne. Pour les jeunes, ce sera une occasion à ne pas manquer pour rencontrer des professionnels, note Lucie Richard du CFA. L’objectif est notamment de les aider à faire le bon choix. La restauration est un univers à part qui mérite qu’on lève les suspicions à son encontre. Nombre de personnes considèrent la filière comme un monde d’exploiteurs, ce qui est loin d’être le cas. L’on peut y dénicher des métiers très bien payés. Cet événement est organisé en collaboration avec la Maison de l’emploi et de la formation.

Le secteur commercial est sans aucun doute le plus convoité actuellement. Ce qui est loin d’être le cas pour le service en salle. S’inscrire au CFA n’a rien de difficile. La seule condition est d’être âgé au minimum de 15 et avoir un niveau de classe de 3e. Toutefois, l’établissement propose aussi des formations se débouchant sur un diplôme de BTS. Pour le cas particulier des handicapés, aucune limite d’âge n’est imposée, vu que ces personnes ont parfois du mal à s’insérer dans le monde du travail, conclut CFA.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

16/05/2013

Les entreprises qui embauchent en particulier des jeunes diplômés sont les PME

Les jeunes diplômés sans expérience ont du mal à trouver du travail. Heureusement, les TPE et les PME sont là et du travail, elles en ont. Selon une étude effectuée sur 6000 entreprises par le groupe Novalto, les PME proposent aux jeunes des emplois stables, mais aussi durables.

Parmi les futurs recrutements programmés, 61.8 % entrent dans le cadre de la création d’emplois tandis que 38 % sont des remplacements. Autre bonne nouvelle, 65.4 % des postes créés sont en CDI et 5.8 % seulement en intérim. Il s’avère que les profils de jeunes diplômés sont très intéressants pour les PME.

Rappelons qu’en 2012, 77.2 % des PME ont créé des postes et 27 % seulement ont supprimé des emplois. Les PME sont déjà décidées à embaucher plus de jeunes, en effet, on apprend que 90 % des PME interrogées ne comptent pas sur les décisions prises par le gouvernement pour lancer les embauches. En effet, les entreprises ne se sont même pas renseignées sur les éventuels avantages – fiscaux ou bonus — avant d’embaucher des jeunes. Selon toujours ces études, 50 % des chefs d’entreprises souhaitent effectuer deux recrutements cette année. Bonne nouvelle donc pour les jeunes diplômés victimes du chômage.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

23/04/2013

70% des chômeurs en Corse le sont en fonction des saisons de vacances

Le chômage constitue un véritable fléau auquel la Corse fait face depuis quelques années. Mais contrairement à la situation dans d’autres régions, le cas de l’Ile de Beauté est quelque peu unique. Le directeur régional de Pôle emploi, Pierre Peladan, livre quelques détails sur le phénomène.

En 2012, le nombre de demandeurs d’emploi sur l’île s’élève à 17 387 individus. Ce chiffre représente une hausse de 12 % par rapport à l’année précédente, une croissance qui tranche avec la moyenne nationale de 9,8 %. Les jeunes restent les plus touchés. Le cas des séniors devient également de plus en plus inquiétant : le nombre des inactifs de plus de 50 ans croit de 20 % depuis l’année dernière.

Autre constat, 70 % des chômeurs en Corse s’engagent dans un schéma de saisonnalité, qui rend encore plus compliqué le décompte exact des demandeurs d’emploi permanents sur l’île. Cette précarité pénalise d’autant plus les locaux lorsqu’on sait que les emplois saisonniers sont attribués pour 53% à des salariés issus hors de Corse. Ce phénomène, courant notamment dans les secteurs de l’hôtellerie, du tourisme ou du BTP, n’arrange en rien la situation d’inactivité des saisonniers Corses.

Selon Pierre Paladan, les responsables locaux discuteraient actuellement de ce problème avec l’Etat. Une solution pourrait être trouvée bientôt.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

05/04/2013

Trop payés, mal payés, révélations sur les salaires en France dans Capital sur M6 ce 7 avril

En France, être salarié d’une grande entreprise garantit plusieurs avantages inaccessibles aux employés des petites boîtes. Ces différences sont d’autant plus évidentes en matière de salaires. Dimanche prochain, Capital se penche sur le sujet et tente d’élucider le pourquoi de cet écart monstre entre les émoluments des employés de grandes sociétés et des salariés de PME ou TPE.

L’émission s’intéresse également aux rémunérations des grands patrons de l’Hexagone. Comment réussissent-ils à gagner des millions chaque année alors même qu’une partie de la population patauge dans la crise ? Qui fixe leur salaire ?

L’équipe de Capital s’est incrustée dans les coulisses des comités de rémunération des grandes entreprises françaises avant de s’aventurer en Suisse, là où les revenus des grands patrons seront bientôt encadrés… Le magazine enchaîne avec un reportage sur la situation des « sous-payés », ces salariés contraints de travailler à temps partiel pour une paie largement insuffisante.

Autre sujet à débat, la rémunération des footballeurs est également évoquée dans ce numéro de Capital. Si les salaires de certains « footeux » ont explosé, d’autres ne connaissent pas la même évolution. Et pour cause, leur club cherche tous les moyens de limiter leurs revenus. Là encore, les différences subsistent entre les joueurs des grands clubs et ceux des équipes moyennes. Une enquête à suivre sur M6 le 7 avril à partir de 20 h 50.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

01/03/2013

Chiffres emploi janvier 2013 dans l’intérim : mauvais !

L’emploi intérimaire recule de nouveau en janvier comme en témoignent les chiffres du baromètre Prisme. La chute est générale et concerne presque toutes les branches de l’économie. Le secteur du BTP se trouve en tête de liste, enregistrant une fluctuation de 23 %, suivi du secteur manufacturier où la baisse a atteint 19,1 %. La menace demeure faible pour le transport avec une contraction limitée de 4,4 % sur le mois. Tous les niveaux hiérarchiques allant des ouvriers non qualifiés jusqu’aux cadres supérieurs sont concernés. Chez les professions intermédiaires qui sont classées au premier rang par le baromètre, l’on signale un taux négatif de -17,9 %.

Aucune des régions en France n’a été épargnée. Toutefois, la baisse est plus marquée à l’Est. L’Alsace, la Lorraine ainsi que la Franche-Comté figurent parmi les plus touchés, affichant respectivement une contraction de 33,5 %, 26,5 % et 29 %. Ils n’en reste pas moins que d’autres endroits tels que la Bourgogne (20,9 %) ou encore la Champagne-Ardenne (18,4 %) sont lourdement affectés également. Sur l’ensemble du territoire, le nombre d’employés intérimaires a connu une baisse moyenne de 16,2 % en janvier comparativement à la même période de l’année dernière, à moins de 500 000.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

18/01/2013

Les chômeurs en France travaillent de plus en plus

La Dares, l’organisme chargé par le ministère de Travail d’établis ses statistiques vient de publier les résultats d’une étude révélant une singularité intéressante. En effet, alors que le chômage en France atteint son niveau le plus haut en quinze ans, le nombre de demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite atteint également un niveau historique.

Ils sont près de 1,4 million inscrits à Pôle Emploi dans les catégories A, B et C confondues à exercer une activité réduite, soit un tiers des 4,4 millions des demandeurs d’emploi inscrits. Avec un niveau d’étude plus élevé, ils cumulent leur revenu pour leur travail à mi-temps avec l’allocation chômage. Ces personnes travaillent moins de 110 heures par mois. Pour la plupart, ce sont des femmes, des chômeurs d’âge mûr, en couple avec des enfants à charge.

Ces demandeurs d’emploi qui travaillent à temps partiel sont de la catégorie A pour la majorité. Ils sont présents dans différents secteurs à savoir dans le BTP et le bâtiment ou les métiers de la culture. Le plus souvent, ils sont aides à domicile, intérimaires, employés de maison, intermittents du spectacle, agents d’entretien ou surveillants. Toutes ces données permettent ainsi d’avoir une meilleure vision sur le chômage en France.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

17/01/2013

Envoyé Spécial ce 17 janvier sur France 2 sur emploi dans BTP et bâtiment

Retrouvez ce jeudi 17 janvier 2013 sur France 2 le magazine de reportage Envoyé Spécial qui traitera de l’emploi dans le bâtiment et dans le BTP. L’année 2013 qui s’annonce difficile pour le secteur de la construction immobilière, le documentaire vous dévoilera les faces cachées de ce secteur particulièrement touché par le chômage à l’heure actuelle.

Dans « les nouveaux forçats du BTP », Linda Bendali vous dévoile les conditions de travail de ces ouvriers étrangers du bâtiment d’origine bulgare, polonais ou portugais. Ces travailleurs pour la plupart sous-payés sont de plus en plus nombreux sur les chantiers en France, contraints de vivre dans des conditions abjectes.

Au sommaire, l’équipe d’Envoyé Spécial vous mènera également sur le parcours de quelques familles accueillant des sans-abri dans « un SDF à la maison ». Avec près de 150 000 sans-abri en France, le réseau d’entraide 115 du particulier fondé en 2012 permet aux personnes à la recherche d’un toit de trouver un hébergement auprès de familles d’accueil.

Enfin, dans « Tunisie : sous la menace salafiste », découvrez deux reportages sur le salafisme dans ce pays ainsi que sur le financement par internet. À l’heure où la politique de transition en Tunisie est en gel et que l’économie est en détresse, les islamistes profitent de ce désappointement pour recruter parmi les jeunes.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

08/01/2013

Négociation emploi patronat syndicat : sur-taxation des CDD d’un mois ?

Laurence Parisot n’a pas caché son pessimisme quant à l’issue de la négociation sur l’emploi prévue se dérouler jeudi et vendredi prochains. Tout s’est déroulé dans l’ordre avant l’intervention intempestive du gouvernement se plaît à souligner la présidente du MEDEF. Et si la question relative aux les taxations des contrats courts n’est pas résolue, les négociations risquent de tourner court.

Le patronat français essaie de donner le change en acceptant de faire une concession symbolique. Mais le Medef est conscient qu’il a tout intérêt à trouver un terrain d’entente avec les syndicats, car autrement il aura affaire avec une décision que le gouvernement aura fait légiférer.

La solution qu’a avancée l’organisation patronale s’est articulée autour de deux volets principaux, dont la surtaxation des CCD très courts, hors CDD d’usage et mission d’intérim, en contrepartie d’une réduction des prélèvements d’assurance-chômage des travailleurs en CDI de moins de 30 ans. Et dans l’attente de la date du 10 et 11 janvier, le Medef ainsi que ses homologues tels que CGPME ou encore UPA se sont donné rendez-vous aujourd’hui même, mardi, afin de mieux se préparer. Patrick Bernasconi de la FNTP, de son côté, a même organisé des rencontres improvisées avec les négociateurs syndicaux.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

13/12/2012

Présentation du contrat de génération proposé par François Hollande

Le projet contrat de génération de François Hollande a été exposé pendant le Conseil des ministres du 12 décembre 2012. Ce projet profite aux jeunes aujourd’hui considérés comme les premières victimes du chômage. En effet, 24 % des jeunes sont sans emploi. Les seniors sont moins touchés par ce phénomène ; seulement 7 % d’entre eux souffrent du chômage, mais à partir de 55 ans, ils ont peu de chances de retrouver un emploi.

Le dispositif consiste à atteindre l’objectif de 500 000 contrats d’ici 2017. Les PME et TPE ayant moins de 300 salariés sont privilégiés, puisqu’ils vont obtenir une aide financière venant de l’État. Il s’agit d’une prime de 2 000 euros par an pour les jeunes de moins de 26 ans embauchés dans le cadre d’un contrat CDI et les seniors de plus de 55 ans encore actifs. Cette prime s’étale sur 3 ans et pour l’obtenir, les sociétés ne doivent pas licencier les salariés pour un motif économique.

Les entreprises de plus de 300 salariés qui n’embaucheront pas de jeunes et de seniors devront subir une pénalité de 10 % sur les réductions de charges ou bien 1 % sur la masse salariale. Le gouvernement Ayrault souhaite mettre ce projet en place le plus rapidement possible.

Partagez sur Facebook
Articles similaires :

   

Liens sponsorises

Actualités du Marché de l'Emploi

Pour recevoir notre newsletter, remplissez le formulaire ci-dessous :

Votre adresse email :

Articles plus anciens »

tp\' - Le blog de Site-emploi.com : le site communautaire de l’emploi !

   

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1